Notre charte

Notre charte

Pour nos managers en mission, nous nous engageons à :

Appliquer une déontologie rigoureuse

Nous contactons des managers seulement pour des missions de transition, jamais pour des prestations de conseil, qui ne font pas partie de notre offre.

Nous appelons des dirigeants potentiels seulement si nous sommes effectivement missionnés par un client pour une mission, jamais dans d’autres circonstances.

Nous recevons, à leur demande les candidats pouvant potentiellement réaliser une mission pour nous.

Notre base de données est contrôlée par la CNIL, mise à jour régulièrement et ne comporte aucune donnée personnelle illégale.

Les données concernant les dirigeants présents dans notre base peuvent être enlevées sur simple demande.

Assurer une parfaite transparence

Nous informons systématiquement les candidats de l’avancement de nos missions en cours de traitement.

La rémunération de nos managers en mission est établie sur la base de leur salaire brut annuelle et de leurs primes éventuelles, en respectant scrupuleusement la législation en vigueur.

Nous ne prenons aucune référence sans l’assentiment de nos managers.

Accompagner nos managers en mission

Notre rôle est de trouver et mettre à la disposition de nos clients des dirigeants opérationnels, autonomes, responsables et efficaces, nous ne réalisons pas la mission à leur place.

Nous les accompagnons de manière professionnelle, sans nous substituer à eux dans l’accomplissement de leur mission opérationnelle.

Notre mission n’est pas d’avoir une activité de conseil direct aux entreprises.

Appliquer la réglementation du travail temporaire

Le manager de transition est notre salarié pendant toute la période de son détachement chez le client, sa situation est donc claire au regard de la loi et des organismes sociaux.

Nous nous engageons à lui payer ses salaires à chaque fin de mois, et à être en règle avec les dispositifs légaux.

Son statut lui permet d’exercer une autorité hiérarchique et d’être lui-même sous l’autorité hiérarchique d’un dirigeant de l’entreprise sans tomber sous le coût de la législation sur le prêt de main d’œuvre ou du délit de marchandage.